Ce prototype a été conçu spécialement pour répondre au problème du mal-logement. Wood Stock, prototype de maison temporaire, a été installé quai Wilson.

2. Wood Stock

Ce n’est pour l’instant qu’une maison prototype, mais elle a l’ambition revendiquée d’être produite un jour en série. Wood Stock, c’est le nom de cette maison, imaginée par le jeune architecte Fabien Le Goff, et conçue en collaboration avec l’école supérieure du bois, est la lauréate du prix spécial AG2R La mondiale-Nantes métropole du concours Mini Maousse 6 – habiter le temporaire, organisé par la cité de l’architecture et du patrimoine. D’une superficie de 45 m², composée d’une chambre, d’une salle de bain, d’une cuisine aménagée, d’un salon-chambre et dotée de deux terrasses, elle est désormais posée sur un terrain d'insertion accueillant des familles migrantes de l'est européen, quai Wilson. Une famille s’y installe ce dimanche 2 juillet.

Un habitat innovant

« C’est une réponse innovante aux besoins de logements. Il y a, en France, près de 4 millions de personnes mal logées » indique Marie-Hélène Nédélec, vice-présidente en charge de la coopération décentralisée, des populations migrantes et de l’hébergement spécifique à Nantes métropole. « Le projet devait également répondre à la problématique de l’auto-construction » précise Arnaud Godevin, le directeur de l’école supérieure du bois. « Ses murs sont en brique de bois. Leur assemblage ne nécessite ni colle ni vis » explique Fabien Le Goff, ancien élève de l’école d’architecture de Nantes. Wood Stock a été montée en deux mois. Elle est facilement transportable.

Un prototype financé en partenariat

Pour sa conception et sa construction, elle a bénéficié d’un budget de 100 000 €, financé par AG2R La mondiale et la Fondation BTP Plus. Nantes Métropole a pris à sa charge l'installation sur le site et finance l'accompagnement social de la famille par l'association Une Famille Un Toit. Objectif : que cet habitat temporaire constitue un tremplin vers un habitat pérenne.    
En 1956, en réponse à l'appel de l’abbé Pierre, l’architecte et designer Jean Prouvé concevait une "maison des jours meilleurs", un édifice de 50 m², composée de trois pièces, cuisine et sanitaires. Elle était restée à l’état de prototype. 60 ans plus tard, Wood Stock en est la digne héritière.

©Ville de Nantes/Nantes Métropole                      

.

Actualités de l'association